Restaurer un parement en pierre

INTRODUCTION

En Loire-Atantique, plusieurs types de pierre de taille ont été utilisés, selon la géologie, les possibilités d’approvisionnement, le style choisi par les bâtisseurs, et la résistance souhaitée dans la construction.

Le granite est fréquent dans les architectures anciennes de l’ouest du département, les calcaires durs et le tuffeau dans les villes et au long des rivières (qui permettaient l’acheminement des pierres par bateau).

Dans un même immeuble nantais ou dans une façade de maison de bourg, on peut par exemple trouver du granite dans les parties basses, du calcaire dur en façade, et du tuffeau pour les parties hautes et les éléments moulurés ou sculptés.

Les différences de teintes étaient autrefois gommées par application d’un badigeon de chaux.

La pierre de taille, pour des architectures de qualité

L’utilisation de la pierre de taille a toujours été l’expression d’une forme de richesse, économique et symbolique.

Dans l’architecture rurale de Loire-Atlantique, les édifices en pierre de taille sont donc rares, et ce mode constructif concerne plutôt les grandes demeures, les villégiatures, les belles maisons de ville, les bâtiments publics ou religieux.

En bord de Loire, des habitations de village ou des maisons de pêcheurs montrent malgré tout des façades en tuffeau taillé, ornées de corniches moulurées.

Contrairement aux maçonneries en moellons qui doivent être la plupart du temps enduites, la maçonnerie en pierre de taille est destinée à rester apparente. Un bon entretien de la pierre et des joints de mortier de chaux est nécessaire pour en garantir la pérennité.

Entretien d’une maçonnerie en pierre de taille

Afin d’entretenir une maçonnerie en pierre de taille, il est recommandé de nettoyer les pierres à l’eau sous faible pression et à la brosse douce. On pourra utiliser des produits (non acides) rincés à l’eau claire.

En revanche, on proscrira le sablage à sec ou humide des pierres car cette technique est trop abrasive, comme l’est également l’usage de brosses métalliques ou encore l’utilisation d’une eau à forte pression. La pierre perd alors sa protection naturelle qu’est le calcin (couche dure supérieure protégeant de la pierre). La pierre fragilisée devient alors plus perméable et perd par conséquent sa résistance au gel.

Les façades constituées de pierres de taille doivent rester apparentes.

Restauration d’une maçonnerie en pierre de taille

  1. Les pierres de taille doivent rester apparentes (ni enduites, ni peintes).
  2. Avant toute restauration, il est bon de regarder attentivement l’état général (degré de salissures, états des joints, pierres dégradées…).
  3. Pour respecter la maçonnerie, un relevé du calepinage des pierres de façades est parfois nécessaire. Les pierres d’ornement comme les moulures des corniches, les encadrements des baies, les corbeaux des balcons, seront restaurées de manière fidèle (respect des profils d’origine).
  4. Lorsque l’on devra remplacer une pierre endommagée, on s’appliquera à respecter  ses dimensions, sa nature (grain et dureté) et sa couleur ainsi que sa finition. Si besoin est, une pierre neuve pourra être artificiellement vieillie (bouchardée, layée, teintée) afin qu’elle puisse au mieux s’intégrer dans la paroi ancienne.
  5. On prêtera une attention particulière à la couleur du joint et à sa mise en œuvre. On reproduira de ce qui existait. L’épaisseur du joint ainsi que sa couleur d’origine serviront de référence pour la réfection. Les joints seront mis en œuvre au nu de la pierre. Ils seront réalisés en mortier de chaux. Les joints creux, rubans ou débordants ne sont pas authentiques et nuisent à l’esthétique des maçonneries en pierre de taille.
  6. Il est important de s’entourer d’un maçon compétent, d’un tailleur de pierre ou d’un sculpteur qualifié, qui seuls pourront garantir le choix et la mise en œuvre d’une pierre de qualité.
  7. On proscrira le ciment dans les travaux sur les maçonneries et sur les joints, pour ne pas bloquer l’humidité dans la maçonnerie et empêcher la maison de respirer. On utilisera un mortier de chaux. Les propriétés mécaniques de la chaux, solidité et élasticité, permettent d’accompagner les éventuels mouvements de terrain alors que le ciment se fissure au moindre mouvement du mur.
  8. On gardera à l’esprit que les pierres, même les plus dures comme le granite, souffrent de l’humidité stagnante et peuvent pourrir au contact de matériaux imperméables.

Schémas de principe de restauration d’une maçonnerie en pierre de taille

Remplacement d’une pierre

Incrustation d’une plaquette

La pierre de remplacement ou de placage aura des caractéristiques proches de celles d’origine (grain, couleur, dureté, …). Un vieillissement artificiel permettra d’uniformiser le ravalement de la façade, évitant un contraste entre pierres neuves et pierres anciennes.

Le « ragréage », remplacement ou comblement de pierres ou d’éléments de pierre par un mortier d’imitation, est à éviter.

Cette solution est de court terme, car le mortier ne vieillit pas comme la pierre, il a tendance à griser et à se désolidariser à la longue.

Il vaut mieux conserver dans une façade des pierres un peu abîmées, si leurs qualités structurelles ne sont pas en cause, que de tenter une « remise à neuf » avec des moyens inappropriés.

Télécharger cette fiche au format PDF

Articles recommandés

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher