Protéger les murs anciens de l’humidité

INTRODUCTION

L’humidité des parois est le principal ennemi des constructions anciennes, et est responsable de la plupart des dégradations des maçonneries en pierre ou en brique. Elle crée de l’inconfort, et est souvent la raison de l’utilisation de mauvais remèdes, qui accélèrent encore le vieillissement des édifices, et peuvent dénaturer leurs qualités architecturales.

Le principe des maçonneries à la chaux

Dans les constructions anciennes, les moellons de pierre et les briques sont assemblés avec un mortier composé de sable et de chaux, parfois de terre et d’argile. Les édifices sont reliés au sol naturel, dont l’humidité éventuelle remonte par capillarité au cœur des parois, et doit pouvoir s’échapper vers l’extérieur comme vers l’intérieur des bâtiments.

Des enduits intérieurs et extérieurs, composés de chaux et de sable, protègent les maçonneries des intempéries, tout en permettant les échanges hygrométriques avec l’air extérieur. Par dessus, des badigeons de chaux amélioraient parfois la protection, tout en garantissant eux aussi les échanges.

Ces dispositifs sont capables de résister pendant des siècles, si et seulement si on empêche l’humidité de stagner dans les maçonneries et de les dégrader prématurément.

Toutes les briques et les pierres, même les plus dures, et les mortiers de pose, sont en effet sensibles à l’humidité. Ils doivent pouvoir « respirer ».

Laisser respirer les parois en pierre et en brique

Les maçonneries en pierre ou en brique et leurs mortiers de chaux devront être protégés des eaux de ruissellement, par des toitures et zingueries régulièrement surveillées et entretenues, et par des enduits à la chaux et au sable. Les pierres et les briques d’encadrements, les corniches en pierre ou les génoises en terre cuite ne seront pas enduites ou recouvertes de peintures étanches.

Les portes, fenêtres et lucarnes sont des points faibles, des lieux d’entrée possibles de l’eau dans les parois. Les joints entre murs et menuiseries seront étanches. Les appuis de fenêtres jouent un rôle dans l’éloignement des eaux du mur, ils seront éventuellement recouverts de zinc.

Aucun revêtement étanche ne sera appliqué sur une maçonnerie ancienne, ni à l’intérieur ni à l’extérieur. Si l’on souhaite peindre une façade, on pourra réaliser un badigeon de chaux, ou utiliser une peinture minérale laissant respirer la paroi. On respectera alors les éventuels encadrements ou décors en pierre ou en brique, qui devront rester apparents. Si l’on doit peindre ces éléments, ce sera aussi avec un badigeon de chaux ou une peinture minérale.

On n’utilisera JAMAIS de ciment sur des murs anciens, ni pour les enduire, ni pour réparer des manques ou des fissures.

L’humidité des sols extérieurs et des plantations

Les maçonneries en pierre ou en brique et leurs mortiers de chaux devront être protégés des eaux de ruissellement, par des toitures et zingueries régulièrement surveillées et entretenues, et par des enduits à la chaux et au sable. Les pierres et les briques d’encadrements, les corniches en pierre ou les génoises en terre cuite ne seront pas enduites ou recouvertes de peintures étanches.

Les portes, fenêtres et lucarnes sont des points faibles, des lieux d’entrée possibles de l’eau dans les parois. Les joints entre murs et menuiseries seront étanches. Les appuis de fenêtres jouent un rôle dans l’éloignement des eaux du mur, ils seront éventuellement recouverts de zinc.

Aucun revêtement étanche ne sera appliqué sur une maçonnerie ancienne, ni à l’intérieur ni à l’extérieur. Si l’on souhaite peindre une façade, on pourra réaliser un badigeon de chaux, ou utiliser une peinture minérale laissant respirer la paroi. On respectera alors les éventuels encadrements ou décors en pierre ou en brique, qui devront rester apparents. Si l’on doit peindre ces éléments, ce sera aussi avec un badigeon de chaux ou une peinture minérale.

Un badigeon de chaux ?

L’eau des toitures

On entretiendra les couvertures, et notamment les faîtages, solins, souches de cheminées, et les zingueries (voir fiches sur les couvertures en tuiles ou en ardoise).

Les descentes d’eaux de pluie seront entretenues, et leur pose toujours décollée des murs de quelques centimètres. À son arrivée au sol, l’eau de pluie devra rapidement être éloignée des parois, par des caniveaux ou des pentes suffisantes, pour ne pas altérer les bas de murs et les fondations.

On évitera les gouttières et descentes en PVC, inadaptées au caractère des constructions anciennes, au profit d’éléments en zinc.

Télécharger cette fiche au format PDF

Articles recommandés

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher