Les clôtures, murs, portails et grilles

INTRODUCTION

Dans les bourgs et autour des maisons bourgeoises ou des villas balnéaires, les clôtures en pierre et en terre cuite, les piliers de portails, les grilles ouvragées ou les simples portillons de bois peint accompagnent l’architecture et participent à la qualité des espaces publics. Ces éléments sont un patrimoine à la fois privé et collectif, qu’il convient de préserver des atteintes du temps.

Le végétal, taillé ou laissé libre, est souvent associé aux clôtures, auxquelles il donne alors ses qualités.

La caractérisation des limites de la propriété

L’édification de clôtures autour des jardins est une pratique ancienne, qui a évolué en fonction de la signification, fonctionnelle ou sociale, qu’on accordait au marquage de la limite entre l’espace privé et l’espace public, mais aussi en fonction des matériaux, des techniques ou des styles en vigueur.

  • Dans l’espace rural, les jardins étaient autrefois ouverts, et seules les parcelles occupées par des animaux étaient encloses de haies ou de barrières.
  • Dans les bourgs, des murets et des murs de pierre, terminés à l’oblique ou recouverts de dalles de pierre, et ouvrant par de simples portillons ou portails à piliers en moellons, témoignent de la simplicité des dispositifs anciens.
  • Au XIXe siècle, la construction de maisons bourgeoises et de villégiatures, sur le modèle des grandes propriétés, châteaux et manoirs plus anciens, a entraîné la création de clôtures plus élaborées : parfois de simples murs de pierre avec piliers en pierre et brique, mais aussi clôtures à grilles en ferronneries et hauts portails à piliers en pierre et brique, avec parfois couronnements en pierre moulurée et décors sculptés. Les rues du littoral ou du clissonais s’ornent aussi parfois de claustras de terre cuite, et de quelques clôtures en bois peint dont les motifs accompagnent le style des maisons.
  • Le XXe siècle a vu apparaître des barrières ajourées en ciment armé, et quelques clôtures modernes en tubes d’acier. Aujourd’hui se répandent celles en parpaings, en claustras de bois préfabriquées ou en barrières de PVC.

Les maçonneries des clôtures

Les murs en moellons de pierre sont édifiés comme ceux des maisons, et doivent être entretenus et restaurés avec les mêmes techniques. Les clôtures en pierre étaient autrefois protégées des intempéries. On utilisera donc des enduits couvrants à la chaux et au sable non tamisé (pour donner du « grain », de la matière au mur).

Les murets ou murs séparatifs entre jardins pourront être enduits « à pierres vues » (voir fiches N° 2, 3 et 4 sur les maçonneries et enduits). On évitera les enduits au ciment, les pierres laissées visibles, et les effets de reliefs « rustiques ».

Les parties en pierre de taille ou en brique devront être traitées avec le même soin que celles des maisons (voir fiches N° 4, 5 et 6).

Si on veut imiter les murets et murs anciens, on pourra édifier des clôtures en parpaings enduits, en leur donnant une épaisseur suffisante, et en les couvrant par un enduit à gros grain. On pourra les terminer en biais, ou les coiffer d’un couronnement en dalles de pierre ou en briques posées sur champ.

Les piliers devront eux aussi avoir une épaisseur suffisante, et être terminés en pyramide simple ou avec un couronnement de briques ou de pierre. Des arêtiers en brique peuvent éventuellement être réalisés pour accompagner le style de la maison.

Les grilles et portails en ferronneries

Les ferronneries des grilles, portails et portillons sont en général d’un dessin simple, à barraudage vertical fin, avec parfois quelques volutes. Elles seront toujours peintes, dans les tons traditionnels des peintures pour métaux, c’est-à-dire dans des tons sombres (noir, bleu marine, vert ou rouge sombre).

On notera que les teintes claires, et surtout le blanc, épaississent visuellement les profils des grilles, et les rendent moins perméables au regard. (cf fiche technique n°13 – « Les ferronneries »).

Le bois dans les clôtures anciennes

Les propriétés anciennes étaient entourées de hauts murs en pierre et de portails pleins en planches verticales de bois peint. Les clôtures des maisons plus simples peuvent s’ouvrir par des portails et des portillons ajourés en bois peint, à barraudage vertical simple.

Les bois devront être peints, en harmonie avec la maison, ni vernis ni lasurés. Pour des clôtures basses du monde rural, des portillons et portails bas en bois naturel, grisé, sont possibles.

On préférera aux claustras les treillages en bois peint, plus élégants pour des clôtures anciennes.

Télécharger cette fiche au format PDF

Articles recommandés

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher