Le chalet balnéaire

INTRODUCTION

La construction des chalets balnéaires accompagne celle des villas, à partir des années 1850. Cet habitat plus modeste est implanté dans les bourgs du littoral, de manière isolée ou en ensembles ordonnés correspondant à des opérations de promotion immobilière, avec lotissement de grandes parcelles. Sa modestie s’exprime dans une volumétrie simple et une composition symétrique, mais son architecture peut reprendre certains signes de l’architecture des villas de son époque, comme un petit pignon central décoré de lambrequins de bois découpé, ou des modénatures en pierre ou en brique.

Caractéristiques du chalet balnéaire :

  • De base rectangulaire, il est construit en rez-de-chaussée.
  • Il est presque toujours orné d’un petit pignon décoratif, placé au-dessus de la porte d’entrée.
  • La façade principale est axée sur le pignon.
  • La façade s’enrichit d’un décor simple de bandeaux et d’encadrements de brique ou de pierre, d’éléments en terre cuite, en zinc ou en bois découpé.
  • Le chalet balnéaire porte parfois un nom inscrit dans un cartouche en pierre ou en terre cuite émaillée. La couverture à deux pentes est en tuiles mécanique, parfois en ardoise.
  • Deux cheminées en pignon, surmontées parfois d’un mitron en terre cuite, élèvent la volumétrie du chalet.
    Implantation en retrait de la voie publique, entre un petit jardin décoratif et une cour arrière.
  • Une clôture basse avec des piliers de brique, surmontée par une grille et fermée par un portillon en fer forgé ou en bois peint, délimite la propriété.
  • Les piliers des clôtures, surmontés de couronnements en brique, de vasques en terre cuite ou en fonte, d’éléments de décor en galets, d’arceaux supports de plantes grimpantes, expriment la fantaisie de cette architecture de villégiature.
  • Les chalets balnéaires composent des ensembles urbains de grande qualité, par leur architecturre comme par l’agrément de leurs petits jardins.

Recommandations :

  • Conserver les compositions de façades, volumétries et jeux de toitures.
  • Dans l’architecture balnéaire, l’affirmation des styles architecturaux a vu l’émergence de dessins de menuiseries et de volets parfois très élaborés. On préférera donc la restauration des menuiseries plutôt que leur remplacement (qui devra alors se faire à l’identique).
  • On préservera et on entretiendra les éléments de décors comme les lambrequins*, les coyaux*, les bow-window*, les loggias*, balcons, les modénatures de terre cuite et de pierre, les bandeaux…
  • Les menuiseries et les éléments décoratifs en bois seront peints, avec des jeux de couleurs mettant en valeur le style de la villa.
  • L’observation des jardins existants, et des plantes anciennes qui ont supporté le climat littoral, doit guider les projets de plantations (camélias, rosiers, lauriers-sauce, fusains, mimosas, lauriers-tins, vignes-vierges, glycines…).
  • On proscrira l’utilisation des PVC et des dérivés du pétrole.
  • En cas de projet d’extension, la complexité des volumes existants nécessite une étude spécifique. Il est conseillé de faire appel à un architecte.

Télécharger cette fiche au format PDF

Articles recommandés

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher