Le bois, matériau des transformations du bâti

INTRODUCTION

Le bois, matière vivante, se marie bien avec les interventions sur les constructions anciennes. Recyclable, biodégradable, il possède d’excellentes qualités environnementales s’il provient de sources écologiquement maîtrisées et s’il n’est pas imbibé de produits nocifs. Il apporte des solutions offrant des facilités de mise en œuvre dans la restauration, l’extension et la transformation de la maison.

Le bois dans la construction

Le bois en ossature permet de concevoir des projets architecturaux variés. Adapté à tout type de terrain (pentu, instable), il apporte des solutions techniques flexibles (ossature bois pré-fabriqué, système poteaux-poutres…). Sa légèreté permet une rapidité d’exécution au moment du chantier. De plus, le bois possède des qualités thermiques et phoniques qui rendent les constructions confortables.

Son aspect naturel et chaleureux se marie aisément avec les matériaux des constructions anciennes comme la pierre, les enduits, la brique. En grisant naturellement, le bois prend des teintes minérales comme dans beaucoup de constructions rurales anciennes. Il possède une large palette de couleurs mais également de textures, avec ses nœuds et ses veines. Le caractère évolutif du bois permet des adaptations du projet en fonction des besoins. Choisir le bois pour son projet, c’est faire le choix d’un matériau durable et économique.

Le bois, sous forme de bardages, et grâce à ces différents profils et modes de pose, peut renouveler l’esthétique d’une construction tout en permettant l’ajout d’une isolation extérieure ou l’habillage d’une extension. Utilisé à claire-voie ou plein, il convient parfaitement aux remplissages de grandes ouvertures comme celles des granges. Posé à claire-voie, il permet de ventiler les volumes intérieurs ou de jouer le rôle de pare-soleil. Il convient bien pour les ossatures et murs des bâtiments agricoles, à l’image par exemple des bâtiments de type grenier à sel.

Les matériaux bois, caractéristiques et techniques

Traitements et finitions :

Il existe différentes essences de bois et toutes ne sont pas adaptées à une utilisation extérieure. Le bois est traité contre les champignons, les insectes, l’humidité, afin de le rendre plus performant. Il peut avoir différentes finitions, soit brut de sciage, soit raboté. Il possédera plus ou moins de nœuds. Un bois possède également différentes duretés. Selon ses caractéristiques, il sera donc plus ou moins adapté en fonction de sa destination (terrasse, parquet, bardage, ossature…). Un bois tendre ne conviendra pas par exemple pour un parquet.

Profils et essences des bardages :

Il existe différents profils pour les bardages, à recouvrement, en pose ajourée, rainure languette… mais il est possible de constituer avec son menuisier son propre profil pour une esthétique adaptée au projet (plus ou moins ajouré, plus ou moins épais).

Certaines essences seront adaptées pour les bardages extérieurs comme le mélèze, le pin Douglas, l’épicéa, le châtaignier, le Red Cedar. Certains bois européens traités en autoclave (protégés des intempéries grâce à un traitement à cœur par mise sous pression et sous vide) comme le chêne, le sapin, le pin et le mélèze, pourront être utilisés pour les terrasses.

Pose des bardages :

Concernant la pose, des tasseaux espacés de 40 à 60 cm, horizontaux ou verticaux selon la pose, constitueront l’ossature des bardages. Un pare-pluie étanchera la façade à l’air et à l’eau. On laissera une lame d’air afin que l’humidité puisse s’évacuer entre le bardage et l’élément porteur. On utilisera des fixations en acier inoxydable évitant la rouille et les coulures sur le bois. Il est conseillé de poser une grille anti-rongeur au bas du mur afin de protéger le bardage et son ossature.

Couleurs :

Non traité, le bois grise naturellement avec le temps. Autrefois, les bois des bâtiments agricoles étaient recouverts de goudron noir, issus des résineux et notamment du pin, pour les protéger du pourrissement lié à l’humidité et des attaques des insectes xylophages. On peut le laisser se patiner avec le temps (griser), le peindre ou le lasurer au naturel (teinte incolore anti-UV lui gardant sa teinte d’origine). Un entretien sera nécessaire tous les deux à trois ans. Selon les régions et selon les règlements des PLU, on le trouvera soit peint, soit d’aspect naturel. Ces choix seront dictés par le caractère architectural de la maison, le bois grisé convenant bien aux bâtiments ruraux et le bois peint respectant mieux les maisons de bourg ou de ville.

Recommandations :

  • Privilégier le choix d’essences locales extraites de forêts gérées durablement (label FSC).
  • Proscrire tous matériaux composites type faux bardage de type PVC ou composite. Même si l’entretien est plus facile, ils dénotent par leur aspect plastique. Ils n’auront jamais la patine du bois des bardages traditionnels.
  • Utilisé comme revêtement de mur extérieur, le bois sera très utile pour masquer des raccords disgracieux, habiller des extensions.
  • Le bois utilisé avec modestie et sobriété évite le pastiche.
Articles recommandés

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher