La villa balnéaire

INTRODUCTION

La construction de maisons de villégiature sur le littoral débute au début du XIXe siècle, et prend un essor important entre 1850 et la première partie du XXe siècle. Lieu de séjour ouvert sur le paysage, sur la mer et sur l’air, elle est le laboratoire architectural de la maison d’aujourd’hui, et permet la vie à l’intérieur, à l’extérieur, et dans des « entre-deux » qui prennent la forme de balcons, de loggias, d’auvents, de terrasses ou de vérandas. Elle est aussi un lieu de représentation, parfois d’exubérance, qui se pare de toutes les fantaisies des styles de son époque, qu’ils soient régionalistes, historicistes, éclectiques, Art Nouveau ou Art Déco. Elle peut aussi être moderne, avec toitures terrasses et larges baies vitrées composant des volumétries sans décor.

Recommandations :

  • Conserver les compositions de façades, volumétries et jeux de toitures.
  • Dans l’architecture balnéaire, l’affirmation des styles architecturaux a vu l’émergence de dessins de menuiseries et de volets parfois très élaborés. On préférera donc la restauration des menuiseries plutôt que leur remplacement (qui devra alors se faire à l’identique).
  • On préservera et on entretiendra les éléments de décors comme les lambrequins*, les coyaux*, les bow-window*, les loggias*, balcons, les modénatures de terre cuite et de pierre, les bandeaux…
  • Les menuiseries et les éléments décoratifs en bois seront peints, avec des jeux de couleurs mettant en valeur le style de la villa.
  • L’observation des jardins existants, et des plantes anciennes qui ont supporté le climat littoral, doit guider les projets de plantations (camélias, rosiers, lauriers-sauce, fusains, mimosas, lauriers-tins, vignes-vierges, glycines…).
  • On proscrira l’utilisation des PVC et des dérivés du pétrole.
  • En cas de projet d’extension, la complexité des volumes existants nécessite une étude spécifique. Il est conseillé de faire appel à un architecte.

Caractéristiques de la villa balnéaire :

  • Les balcons, terrasses, auvents, débords de toiture, loggias, bow-windows, vérandas, caractérisent la villa balnéaire.
  • Ces espaces « d’entre-deux » complexifient les volumétries et les toitures.
  • Implantation en retrait de la voie publique, souvent dans un site boisé de pins ou de cyprès. Arbres formant ombrages et abritant du vent.
  • Clôtures en maçonnerie, en ferronnerie, ou végétales, accompagnant le style de la villa.
  • Recherche des ouvertures et des vues, notamment sur la mer, avec parfois une grande variété de percements.
  • Selon l’époque de construction, la symétrie peut disparaître au profit de juxtapositions de volumes désaxés.
  • Les maçonneries en pierre enduite peuvent accompagner des parements en moellons de pierre en opus incertum*.
  • Pour les villas du XIXe siècle, le bois peint prend une dimension décorative sous la forme d’éléments de charpentes apparentes, de garde-corps, de menuiseries complexes, de façades de bow-windows*, de lambrequins* et pans ajourés en planches découpées…).
  • Présence d’éléments décoratifs en terre cuite émaillée, de cartouches avec nom et date. Possibilités de décors de cheminées et de toiture, en terre cuite moulée ou en zinc.
  • Jeu de polychromie à l’aide des différences de matériaux et des couleurs parfois vives des bois peints.

Télécharger cette fiche au format PDF

Articles recommandés

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher