Des conseils pour une restauration réussie

INTRODUCTION

Les fiches « projet » concernent toutes les modifications, évolutions et transformations des constructions anciennes, souvent nécessaires pour les adapter aux usages d’aujourd’hui.

Cette fiche introductive tente de donner quelques règles simples pour aider chacun à réussir ces interventions.

La maîtrise d’un projet abouti

Le patrimoine reflète les savoir-faire des générations précédentes et, surtout, témoigne de leurs modes de vie, de leurs activités, de leurs relations sociales, de leur culture esthétique et technique. Les métiers et les manières de vivre ont constamment évolué, et ont notamment connu de profondes mutations dans la première partie du XXe siècle. Les habitations ont été adaptées, et certains édifices ont perdu leur fonction originelle, une grange pouvant être transformée en habitation, une chapelle en gîte, un moulin en musée… Ces exemples montrent à quel point les édifices patrimoniaux évoluent, mutent au cours de leur histoire. Respecter le patrimoine, ce n’est pas le « muséifier », mais c’est permettre aux bâtiments anciens de s’adapter, ce qui constitue une des conditions de leur préservation.

Ces évolutions doivent se faire en prenant en compte certaines règles, qui garantissent à la construction de conserver ses caractéristiques techniques, gage de sa pérennité, et ses qualités esthétiques, atouts pour le cadre de vie collectif. Il est toujours possible de transformer un bâtiment en conservant la mémoire de sa destination d’origine. Les fiches « projet » nous donnent les clefs nécessaires afin d’intervenir avec retenue et en bonne logique sur ces patrimoines. Elles aident dans les étapes et démarches nécessaires à l’évolution de celui-ci.

Les professionnels du patrimoine identifient un certain nombre de règles récurrentes. Prendre connaissance de celles-ci peut constituer un bon point de départ avant tout projet.

15 règles simples pour la réussite de son projet

  1. Apprendre à regarder ce qui nous entoure, pour comprendre les constructions anciennes et reconnaître ce qui fait leur qualité.
  2. Se donner le temps de la réflexion, observer ce qui s’est fait ailleurs, prendre conseil.
  3. Limiter les démolitions. Toute destruction est irréversible. Seules doivent être envisagées des démolitions d’éléments ajoutés au bâti d’origine, pour des raisons esthétiques ou techniques.
  4. Agir avec sobriété et simplicité sur les architectures anciennes.
  5. Conserver la lisibilité de la construction originelle. La volumétrie, la typologie, la nature austère ou décorative des dispositifs architecturaux, la nature des revêtements extérieurs, sont par exemple au cœur de l’identité et de l’authenticité d’un édifice, auquel par ailleurs des menuiseries ou des extensions peuvent apporter une touche contemporaine.
  6. Respecter la composition générale et le rythme des façades, en ne modifiant pas les proportions des ouvertures existantes.
  7. Restaurer en tenant compte des techniques et des matériaux d’origine. Apporter un soin à leur mise en œuvre. Une restauration réussie commence par des matériaux bien choisis.
  8. Préférer les matériaux qui ont fait leurs preuves comme la pierre, l’ardoise, la brique, le bois, l’enduit à la chaux, le zinc, la fonte, le fer, la tuile, plutôt que des matériaux issus de dérivés de pétrole comme les matières plastiques, qui appauvrissent la valeur patrimoniale d’une maison.
  9. Conserver et réparer tout ce qui peut l’être plutôt que de remplacer par des produits neufs.
  10. Préserver les éléments de modénature et de décor. Ils contribuent à la qualité de la composition et à l’esthétique générale d’une construction ancienne, ils lui donnent son style, sa valeur patrimoniale et financière. Les génoises en brique, les encadrements de fenêtres, les corniches, les marquises, les grilles, les murets, les ferronneries, aussi simples soient-ils, participent à la valeur d’une maison ancienne.
  11. Éviter le pastiche. Les imitations de décors ou de matériaux anciens, fausses pierres ou faux rustique, travestissent le caractère authentique du patrimoine. Des éléments architecturaux contemporains, menuiseries ou extensions par exemple, s’ils respectent les logiques propres à un édifice patrimonial, sont parfois mieux à même de mettre en valeur ses caractéristiques originelles.
  12. Être attentif à la coloration. Une teinte mal choisie, pour un enduit ou une menuiserie, peut mettre à mal la qualité d’un projet. Cf fiches techniques n°14, 15.
  13. Profiter des travaux pour bien isoler une habitation. Une maison bien isolée est une maison économe, mais le choix des dispositifs, sur le plan esthétique et technique, doit être adapté à ses caractéristiques architecturales. Cf fiche projets n°11.
  14. Avoir recours à une maîtrise d’œuvre qualifiée. Les entreprises, les artisans ou les architectes retenus doivent avoir des compétences et des références en matière patrimoniale.
  15. Prendre conseil avant de définir son projet. Certaines communes proposent les services d’un architecte-conseil. Et le CAUE de Loire-Atlantique propose des permanences-conseils gratuites sur l’ensemble du département. Se renseigner en mairie ou sur le site www.caue44.com.

Télécharger cette fiche au format PDF

Articles recommandés

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher