Corniches, encadrements et décors en pierre

INTRODUCTION

En dehors des édifices ruraux ou villageaois les plus simples, beaucoup de façades en Loire-Atlantique sont ornées de corniches, de bandeaux, d’arêtiers, de linteaux ou d’encadrements en pierre (parfois mélangés à des briques).

Ces éléments contribuent à l’esthétique et à l’intérêt patrimonial des constructions, mais sont aussi des éléments de structure et de protection dont la conservation permet la pérennité des ouvrages.

Des éléments de structure, de décor et de style…

Encadrements, arêtiers, bandeaux de façade : une logique constructive

Les pierres d’encadrements étaient disposées pour retenir les moellons des murs autour des portes et des fenêtres. De la même manière, des arêtiers protégeaient les angles des constructions.

Parfois simples moellons grossièrement équarris, parfois pierres soigneusement taillées, ces éléments étaient réalisés dans les pierres disponibles, granite, grès, schiste, calcaires. Pour des raisons de solidité, on disposait les pierres les plus dures au bas des ouvertures et les plus légères au niveau des linteaux.

Les bandeaux horizontaux jouent le rôle de chaînages, en donnant aux murs de moellons une meilleure résistance aux déformations.

Corniches et appuis de fenêtres : une logique utilitaire

Les corniches de pierre permettent le soutenir les débords de toitures et, comme les appuis de fenêtre, permettent d’éloigner les eaux de pluie des parois.

Des préoccupations esthétiques

Au cours des siècles, les formes des linteaux, le dessin des moulurations des corniches et des appuis, la qualité de taille des pierres, ont connu des évolutions techniques et stylistiques, et ces éléments sont devenus des modes d’embellissement et de distinction des façades. Pour les architectures les plus simples, ce sont souvent les seuls éléments qui permettent de dater une construction, de lui donner son caractère.

Entretien et réfection des corniches

La principale cause de dégradation des corniches en pierre est le mauvais état des zingueries qui les protègent. On veillera donc à entretenir, nettoyer, ou remplacer régulièrement ces éléments.
Si des pierres sont défectueuses, on les remplacera à l’identique de matériau et de forme, en respectant le dessin de la mouluration d’origine, sans simplifications ni modifications. Le bouchage des manques avec un enduit « fausse pierre » n’est possible que sur de très petites surfaces, car il ne vieillit pas de la même manière que la pierre.
Les joints entre les pierres seront exclusivement réalisés avec un mortier de chaux et de sable, dans une teinte proche de celle de la pierre.

On ne recouvrera jamais une corniche par un enduit ou une peinture étanche.

Encadrements et arêtiers

Le bon entretien des encadrements et des arêtiers est la condition nécessaire à la pérennité des maçonneries, à la tenue des menuiseries, des volets, des balcons.

Si des pierres sont défectueuses, on les remplacera à l’identique de matériau et de forme, en veillant à la bonne cohérence du mortier de pose (chaux et sable) avec celui des parois. On ne rénovera pas les encadrements avec un mortier de ciment.

En règle générale, les pierres d’encadrements et d’arêtiers ne seront pas reconvertes lors des réfections d’enduits.

La surface de l’enduit des murs sera en général réalisée au « nu » extérieur des pierres d’encadrements, sauf si celles-ci ont été régulièrement taillées et disposées de manière à dépasser de la surface, pour des raisons de style.
Il était parfois d’usage de chauler les encadrements en pierre des portes et des fenêtres. Si cette opération est réalisée, elle le sera uniquement avec un badigeon de chaux ou une peinture minérale laissant respirer la pierre.

Décors sculptés, inscriptions

Certains éléments en pierre sont enrichis de décors sculptés, de moulures, ou d’inscriptions figurant des noms ou des dates. Ces détails participent au style des construction et à la qualité du paysage bâti, ils doivent donc être préservés avec soin.

Les arcs de décharge

On trouve dans certaines maçonneries, derrière l’enduit, des arcs en moellons au-dessus des ouvertures. Ces dispositifs jouent un rôle structurel, en soulageant la charge supportée par les linteaux.

Ils ne sont pas destinés à rester visibles et doivent être enduits.

Télécharger cette fiche au format PDF

Articles recommandés

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher